НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (IV)

Јосиф Грујић је био братанац пакрачког епископа Никанора Грујића, односно син проте Драгутина Грујића (тада јереја) и његове супруге Дафине. Родио се у Качфали у Барањи (данашњи Јагодњак), 24. фебруара 1839. године по старом каледндару.[1]

 

Јосиф је био крштен је 6. марта 1839. године. Кума на његовом крштењу је била Марта Рибић из Качфале, а овај чин је обавио јереј Прокопије Станковић, парох болмански.[2]

 

Грујић је завршио шест разреда гимназије у Винковцима, а потом и богословију у Сремским Карловцима. Рукоположио га је у Сентандреји епископ Арсеније Стојковић 2. новембра 1865. за ђакона, а 8. новембра исте године за презвитера.[3]

 

Године 1878, Јосиф је забележен као капелан у Качфали. Био је тамошњи парох у дужем периоду, све до своје смрти. Одликован је црвеним појасом. Био је и председник школског одбора у истом месту. Поред српског, говорио је немачки и мађарски језик. За њега је 1896. године било забележено, да је «са парохијанима… у добром одношају».[4]

 

Свештеник Јосиф Грујић је био у браку са Маријом рођеном Хужвик. Она је потицала из угледне сентандрејске фамилије. Била је ћерка трговца и поседника Антонија Хужвика и његове прве супруге, Екатарине рођене Младеновић. Јосиф је са својом супругом имао шесторо деце, како сведочи црквени шематизам из 1896. године. Шематизам из 1905. године доноси податак, да је свештеник Јосиф Грујић удовац и да «има двоје незбринуте деце».[5]

 

Svestenik Josif Grujic

Свештеник Јосиф Грујић – фотографија у поседу аутора.

 

 

Јосиф и Марија су 1868. године добили сина Димитрија Грујића. Он је прво завршио шест разреда гимназије у Печују, а затим богословију у Сремским Карловцима. Епископ Арсеније Стојковић га је 23. маја 1891. рукоположио за ђакона, а 30. маја исте године за презвитера. Поред српског, Димитрије је говорио мађарски и немачки језик. Забележено је, да «са парохијанима живи у слози». Према подацима из 1896. године, био је парох у Борјаду у Барањи и администратор парохије у недалеком Великом Будимиру. У то време је имао троје деце. Касније је постао парох у Качфали.[6]

 

Зорка Грујић била је ћерка свештеника Јосифа Грујића и његове супруге Марије рођене Хужвик. Родила се у Качфали (Јагодњаку), 16. априла 1885. године, по старом календару. Чин крштења је обавио њен отац, 17. априла 1885. године. Кума јој је била Драгиња ћерка Пере Рибића из Качфале. Зорка се удала за београдског трговца Владислава Митића. Овај брачни пар је имао ћерку Надежду – Наду Митић, која је била удата за чиновника Љубишу Бачка. Њихов син је био Владимир Бачко.[7]

 

Ана Грујић је такође била Јосифова и Маријина ћерка. Она се удала за др. Саву Гојковића из Шиклоша у Барањи и са њим имала више деце. Њихов син, бележник Јован Гојковић (рођен 1886), био је у браку са Ранком Малић из Чуруга. Њихових потомака, Гојковића, и данас има у Чуругу.[8]

 

Ленка рођена Грујић, ћерка свештеника Јосифа, била је удата за члана породице Мишљеновић из Барање. Њено потомство, породица Мишљеновић, живи у Београду. Потомство свештеника Јосифа Грујића и Марије Хужвик, по женској линији, такође представља породица Ратковић у Пожаревцу.[9]

 

Прота Драгутин Грујић је имао и ћерку Ану. Она се удала 10. новембра 1857. године у Качфали. Супруг јој је тада постао Станимир Будим, житељ Мартинаца у Срему. Младенцима је ово био први брак.[10]

 

Венчање је обавио јереј Милош (Радмиловић или Радмановић), парох Ивања у Барањи. Венчани кум је био Александар Сабовљевић, житељ Мартинаца.[11]

 

Станимир Будим је касније постао свештеник и мартиначки парох. Он и његова супруга Ана су такође оставили потомство. Ћерка им се звала Јелисавета, удата Микић. Њен син био је прота Григорије Микић из Мартинаца, професор богословије у Сремским Карловцима.[12]

Александар Бачко

Београд, октобар 2017.

 

 

 

 

 

[1] Никанор Грујић, Автобиографија Никанора Грујића, некад. епископа пакрачког, за штампу приредио архим. Иларион Зеремски, Сремски Карловци 1907. (у даљем тексту: Грујић, Автобиографија), 9 – 10, 15, 27; Православна црква, Јагодњак, Матична књига рођених 1817 – 1860. (у даљем тексту: Матична књига рођених), стр. 199.

[2] Матична књига рођених, стр. 199.

[3] Мата Косовац, Српска православна митрополија карловачка по подацима од 1905. године, (Сремски) Карловци 1910. (у даљем тексту: Косовац), 520; Георгије Марјановић, Први шематизам Православне српске епархије будимске за годину 1896, Сремски Карловци 1896. (у даљем тексту: Марјановић), 34 – 35; Стеван Болманац, Шематизам Источно – православне митрополије српске у Аустро – Угарској године 1878. (у даљем тексту: Болманац), Панчево 1878, 40.

[4] Димитрије Руварац, Шематизам Источно – православне српске митрополије карловачке за годину 1900, Сремски Карловци 1900, 119; Болманац, 40; Марјановић, 34 – 35; Косовац, 520.

[5] Александар Бачко, Из прошлости сентандрејских породица, Зборник за српску етнографију и историју, књ. 3, Београд, 2009, 208 – 210; Марјановић, 34 – 35; Косовац, 520.

[6] Марјановић, 22, 27; Руварац, 117 – 118.

[7] Крштеница Зорке Грујић у поседу аутора; Александар Бачко, Породица Балтезаревић – Митић у Нишу и Београду, текст на интернет презентацији „Породично порекло“.

[8] Подаци из православних матичних књига Чуруга, добијени љубазношћу г. Милорада Ћустића; подаци из приватне архиве аутора.

[9] По саопштењу покојне Надежде – Наде Бачко, рођене Митић.

[10] Православна црква, Јагодњак, Матична књига венчаних 1838 – 1860. (у даљем тексту: Матична књига венчаних), стр. 93.

[11] Матична књига венчаних, стр. 93.

[12] Григорије Микић, Преглед историје хришћанске цркве, Општи део, Нови Сад 2003, 110; Српски Сион 7, 1897, 358.

Advertisements
НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (IV)

НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (III)

Старији брат пакрачког епископа Никанора Грујића био је Драгутин Грујић. Како сведоче подаци из матичне књиге крштених Кишфалубе у Барањи (данашња Брањина), Драгутин је рођен у овом месту, 1. јула 1803. године по старом календару.[1]

 

Драгутинови родитељи били су јереј Прокопије Грујић (тада капелан) и Агрипина Грујић, рођена Косић. Крстио га је протопрезвитер „мухачкопољски“ и парох Кишфалубе, Сава Косић, у Брањини 5. јула 1803. године (по старом календару). Кум на Драгутиновом крштењу био је Јован Тадић из Херцег Суљоша (Кнежевих Винограда).[2]

 

После поезије и хуманистике, које је завршио у Печују, Драгутин се уписао у Српску православну учитељску школу у Сомбору. Године 1821/22. завршио је први, а 1822/23. други разред те школе.[3]

 

Драгутин Грујић (звали су га и Драгач) био је учитељ у Мохачу. На тој дужности се помиње 1827. године. Као „слушатељ богословије“ поменут је 1828. године. Као парох у Качфали у Барањи (данашњем Јагодњаку), први пут се наводи у матичним књигама 18. октобра 1836. године.[4]

 

У матичним књигама Качфале се Драгутин Грујић као протојереј (мохачки, мохачкопољски) први пут наводи 20. октобра 1847. године. Занимљиво је поменути, да се у појединим документима јавља и као „протопрезвитер сигетски“ (по граду Сигетвару). Прота Грујић је био и асесор Конзисторије Будимске епархије.[5]

 

Супруга протопрезвитера мохачкопољског и пароха качфалског Драгутина Грујића, била је Дафина. Она је преминула у Качфали (данашњем Јагодњаку) у Барањи, 18. децембра 1850. године.[6]

 

Дафина је сахрањена 20. децембра 1850. године, на општем гробљу у Качфали. Опело су одржали православни свештеници: Прокопије Станковић парох болмански, Павле чије је презиме нечитко у матицама (парох моношторски, односно парох Белог Манастира) и Илија Бачванин парох Дарде.[7]

Александар Бачко

Београд, октобар 2017.

 

 

 

[1] Никанор Грујић, Автобиографија Никанора Грујића, некад. епископа пакрачког, за штампу приредио архим. Иларион Зеремски, Сремски Карловци 1907. (у даљем тексту: Грујић, Автобиографија), 9 – 10, 15, 27; Православна црква, Брањина, Матична књига рођених 1797 – 1849, (у даљем тексту: Брањина, Матична књига рођених), стр. 69.

[2] Брањина, Матична књига рођених, стр. 69.

[3] К. Т. Костић, из прошлости Учитељске школе у Сомбору, Годишњак Историјског друштва у Сомбору, Сомбор 1936/37, 91; Грујић, Автобиографија, 9 – 10, 15, 27.

[4] Грујић, Автобиографија, 9 – 10, 15, 27; Јован Стерија Поповић, Невиност или Светислав и Милева, Пешта 1827, ненумерисана страна (помиње се међу претплатницима на ову књигу); Вук Стефановић Караџић, Даница, забавник за годину 1827, год. 2, Беч 1827, 162; Јован Стерија Поповић, Бој на Косову или Милан Топлица и Зораида, Пешта 1828, ненумерисана страна (помиње се међу претплатницима на ову књигу); Православна црква, Јагодњак, Матична књига рођених 1817 – 1842, стр. 171.

[5] Aloysius Reesch de Lewald, Universalis schematismus ecclesiasticus venerabilis cleri orientalis ecclesiae graeci non uniti ritus i. Regni Hungarie partimque eidem adnexarum … pro anno 1843/44, Budae 1843/44, 61; Православна црква, Јагодњак, Матична књига умрлих 1833 – 1854, стр. 57; Православна црква, Бели Манастир, Матична књига рођених 1840 – 1895, стр. 22.

[6] Православна црква, Јагодњак, Матична књига умрлих 1833 – 1854, (у даљем тексту: Јагодњак, Матична књига умрлих).

[7] Јагодњак, Матична књига умрлих.

НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (III)

НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (II)

У Архиву Епархије будимске у Сентандреји чувају се матичне књиге насеља Липова у Барањи. У тим документима су, између осталог, забележени и битни подаци о члановима свештеничке породице Грујић, из које је потицао и пакрачки епископ Никанор.[1]

 

О оцу владике Никанора, свештенику Прокопију Грујићу, мало се зна. О свом оцу је у аутобиографији писао сам Никанор, у кратким цртама. Очуван је и портрет пароха Прокопија, рад Павла Симића. Исти аутор је насликао и портрет епископове мајке, Агрипине Грујић рођене Косић. Обе слике се чувају у Народном музеју у Београду.[2]

 

Колико нам је познато, до сада нису били публиковани подаци о смрти оца епископа Никанора Грујића. Из православне матичне књиге умрлих Липове у Барањи сазнајемо, да се јереј Прокопије Грујић, парох липовски, пред смрт исповедио Јефтимију Гојковићу пароху цркве светог Георгија у Ивању и причестио се. Прокопије је преминуо у Липови, 28. јуна 1852. године (по старом календару).[3]

 

Јереј Прокопије Грујић био је сахрањен у липовском општем гробљу, 30. јуна 1852. године (по старом календару). Опело су обавили православни пароси: Титоша, Мајша, Болмана, Мохача, Борјада и других барањских места.[4]

Александар Бачко

Београд, октобар 2017.

 

 

[1] Архив Епархије будимске, Сентандреја, Матичне књиге, Липова, Храм рожденија Св. Претече и Крститеља Јована, Матична књига умрлих, 1835 – 1852. (у даљем тексту: Матична књига умрлих).

[2] Никанор Грујић, Автобиографија Никанора Грујића, некад. епископа пакрачког, за штампу приредио архим. Иларион Зеремски, Сремски Карловци 1907, 1, 9 – 10, 15; Зор. Симићева, Два рада сликара Павла Симића, Старинар, Орган Српског археолошког друштва, трећа серија, књига осма и девета, 1933 – 1934, Београд 1933 – 1934, 28 – 37; Душан Н. Петровић, Владика пакрачки Никанор Грујић, Сремски Карловци 2010, илустрације између 80. и 81. стране.

[3] Матична књига умрлих, страна 101.

[4] Матична књига умрлих, страна 101.

НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (II)

НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (I)

Никанор Грујић (1810 – 1887), пакрачки владика, администратор Карловачке митрополије и Српског патријархата, био је један од истакнутијих Срба 19. века. Овај архијереј је, између осталог, био запажени песник и преводилац. Бавио се и филолошким радом. Био је члан Друштва српске словесности, односно Српског ученог друштва (претече С.А.Н.У.), као и почасни члан Матице словачке.[1]

 

Значајно је било његово учешће на Мајској скупштини у Сремским Карловцима 1848. године, пошто је после Грујићевог говора Стеван Шупљикац био проглашен за српског војводу.[2]

 

У каснијем периоду је епископ Никанор постао витез Великог крста Реда Франца Јозефа и дејствујући тајни саветник аустријског цара. У једном периоду је био вирилни члан Горњег дома Угарског парламента и члан Сабора Хрватске и Славоније.[3]

 

Живот и рад пакрачког епископа Никанора Грујића описани су у више књига и текстова. Међутим, о његовој породици и пореклу мало се зна. У литератури се помињу његови родитељи, липовски парох Прокопије Грујић и Агрипина рођена Косић.[4]

 

Аутори, међутим, до сада нису публиковали податке из православне матичне књиге венчаних у Кишфалуби (данашњој Брањини) у Барањи, у којој се помињу Никанорови родитељи. Из тог документа можемо сазнати неколико чињеница о пореклу овог архијереја.[5]

 

Наиме, 26. јануара 1797. године по старом календару, у Кишфалуби у Барањи, венчали су се шумберачки житељ Прокопије Грујић и Агрипина, ћерка житеља Кишфалубе, Марка Косића. У црквене матице је овај догађај био заведен под редним бројем 168. Кум на њиховом венчању био је сечујски житељ Андреј Радановић. Чин венчања обавио је јереј Григорије Ћосић, парох Ивања у Барањи.[6]

 

Из овог документа сазнајемо, да породица владике Никанора Грујића, по мушкој линији, води порекло из места Шумберак у Барањи. Из тог насеља је, дакле, био његов отац Прокопије. Такође, наведена венчаница из 1797. године нам доноси и нови податак о епископовом деди по мајци – Марку Косићу из Кишфалубе у Барањи. [7]

Александар Бачко

Београд, октобар 2017.

 

 

 

[1] Душан Н. Петровић, Владика пакрачки Никанор Грујић, Сремски Карловци 2010. (у даљем тексту: Петровић), 1 – 170; Шематизам Православне српске епархије пакрачке за годину 1898. (у даљем тексту: Шематизам), Пакрац 1898, 16 – 17; Димитрије Руварац, Беседа пок. владики Никанору Грујићу, Београд 1887. (у даљем тексту: Руварац), 4 – 5; Читуља – Никанор Грујић, Летопис Матице српске, књ. 152, 1887. свеска четврта, Нови Сад 1887. (у даљем тексту: Читуља), 126 – 135; Георгије Дијак (Ђорђе Перић), Митроносни песник Никанор Грујић (1810 – 1887), Београд 1981. (у даљем тексту: Перић), 1, 16 – 18; Споменица о Српском православном владичанству пакрачком у славу четрдесетогодишњице епископства, шездесетогодишњице свештеничке службе и осамдесетпетогодишњице живота владике Мирона, издање свештенства Владичанства пакрачког, Пакрац 1930. (у даљем тексту: Споменица), 190 – 193; Ђорђе Магарашевић, Живот и књижевни рад Никанора Грујића пакрачког владике, Рад Ј.А.З.У, (у даљем тексту: Магарашевић), 1 – 134; Нова енциклопедија у боји, Вук Караџић, Larousse, I, А – К, Београд – Љубљана 1977. (у даљем тексту: Нова енциклопедија 1), 456; Мала енциклопедија Просвета, Општа енциклопедија, Друго издање, 1, А – Љ, Београд 1968 – 1970, 356.

[2] Перић, 8 – 9; Магарашевић, 12; Читуља, 130; Петровић, 45 – 58; Нова енциклопедија, 456.

[3] Нивес Румењак, Српски заступници у банској Хрватској, оквир за колективну биографију 1881 – 1892, С.К.Д. „Просвјета“, Библиотека хисторијска истраживања, Загреб 2003, 61, 133, 136, 186; Петровић, 137, прилог 10; Магарашевић, 44, 46; Перић, 14; Читуља, 131.

[4] Нова енциклопедија 1, 456; Магарашевић, 1 – 134; Перић, 1 – 25; Руварац, 4 – 5; Петровић, 1 – 170; Читуља, 126 – 135; Шематизам, 16 – 17; Споменица, 190 – 196 и друга литература.

[5] Православна црква, Брањина, I књига, Матична књига венчаних 1778 – 1821, (у даљем тексту: Матична књига венчаних).

[6] Матична књига венчаних.

[7] Матична књига венчаних.

НОВИ ПОДАЦИ О ПОРОДИЦИ И ПОРЕКЛУ ЕПИСКОПА НИКАНОРА ГРУЈИЋА (I)

LES FAMILLES QUI ONT LA TRADITION CONSERVÉE QUI TÉMOIGNE DE L’APPARTENANCE AUX MALEŠEVAC (MONTÉNÉGRO)

LA RÉGION OPUTNA RUDINA

 

On avait bien conservé la tradition en parlant des origines des Maleševac chez les familles qui fêtaient St. Ignace Porte-Dieu en Oputna Rudina, la région située dans la frontière entre Monténégro et Herzégovine, à la proximité de Bileća. On disait d’eux là-bas qu’ils étaient autochtones, ainsi qu’une famille d’origine différente, les Pilatović. En Oputna Rudina, les familles suivantes se formaient de cette famille: Aleksić, Jaramaz, Šupić, Lalićević, Banović et Perišić.[1]

 

Les Aleksić, une des plus anciennes familles, une des plus ramifiées dans la région d’Oputna Rudina. Le fondateur de leur famille était Aleksa, le descendant du duc Maleš. On estime que les ancêtres des Aleksić vivaient pendant un certain temps dans la communauté, c’est-à-dire le hameau des Bukvić, situé dans le territoire de la famille Banjani. Les branches des Aleksić en Oputna Rudina vivent aux villages suivants: Miruše, Vidne, Podvrš, Počekovići, Kljakovica et Mirići.[2]

Les branches des Aleksić en Oputna Rudina ont des surnoms familiaux suivants: Mujović, Đukanović, Markišić, Ćorović, Stojić et Marić. On estime que la famille Mujović en Herzégovine est une branche des Aleksić. Voici les générations de la branche Aleksić – Mujović, à partir des cadettes jusqu’aux plus âgées: Simo – Milorad – Simo – Nikola – Mujo – Nikola – Drago. Drago était l’aïeul commun des Aleksić qui ont les surnoms familiaux Mujović (au village Vidne) et Đukanovic (au village Počekovići). Voici les prénoms des aïeux des familles Aleksić – Markišić au village Podvrš, à partir des cadets jusqu’aux plus âgés: Aleksandar – Žarko – Nikola – Rade – Vuk – Markiša – Filip – Pero. Il y a des Aleksić immigrés en Métochie.[3]

Vuk Markišin Aleksić, le capitaine de la région Oputna Rudina pendant longtemps, était d’origine de cette famille. Il était « le héros éminent et auteur de la révolte contre les Turcs avec Luka Vukalović et autres chefs d’Herzégovine, en 1852/62. » En même temps il était le chef d’Oputna Rudina. Vuk était le signataire de plusieurs appels aux souverains monténégrins Danilo et Nikola, ainsi que des pétitions de protestations aux autorités turques. Vuk Aleksić, Miškovic, le supérieur du monastère orthodoxe, le duc Baćović avaient été délégués par les clans herzégoviens pour négocier avec les Turcs. Après sa mort, Rade son fils l’avait remplacé comme capitaine. Vaso Đokov Aleksić était le dernier capitaine de la région Oputna Rudina de 1909-1916.[4]

 

Les Jaramaz en Oputna Rudina fêtent aussi St. Ignace. Ils connaissent leur origine des Maleševac. Leurs ancêtres avaient immigré au village Miruše du village Obljaj (en Oputna Rudina). Leur ancêtre Rade était né vers 1790. Ses ancêtres étaient les suivants, à partir des cadets jusqu’aux plus âgés: Rade – Luka – Periša – Mitar – Krsto. L’ancêtre Luka Perišin transportait les gens en barque à l’autre bord de la rivière Trebišnjica. On estime que son nom de famille était Malešević. D’après la tradition, une fois Luka avait blessé Mujaga Pervanović de Trebinje en barque. A ce moment-là, le père de Mujaga avait dit: « Lui, vaurien tua mon fils » et lui-même avait tué Luka. « Jaramaz », le mot turc signifie « un vaurien ». D’après la tradition, les descendants de Luka portent le nom de famille Jaramaz à cause de cet événement. D’après une autre version de cette tradition, l’agha Pervanagić avait volé la barque à Luka, en l’insultant et ne voulait pas la lui rendre. C’est pourquoi Luka l’avait mortellement blessé. Pervanagić en mourant avait dit aux membres de sa famille ces mots: » Luka Malešević, Jaramaz m’avait tué ». Pour tirer vengeance, les Turcs avaient tué Luka au village Mostaći, près de la ville Trebinje lorsqu’il était venu voir sa sœur et son gendre Mića Baslać. On estime qu’à ce moment-là Mićan Dželetović avait dénoncé Luka aux Turcs. A cause de cet événement, les Jaramaz et les Dželetović avaient commencé à tirer vengeance. On a terminé cette vendetta par la réconciliation et le parrainage entre les Jaramaz et les Dželetović.[5]

Voici un extrait d’une chanson de geste qui parle de cette famille.[6]

 

« Les Ajvaz et les Jaramaz

Ne nous laissent pas tranquilles,

Les Ajvaz nous empêchent d’élever le bétail,

Les Jaramaz nous empêchent faire la moisson. »

 

Luka Perišin était riche et il possédait le domaine qui s’étendait à la place de tous les domaines actuels des Jaramaz et des Kecojević au village Miruše. Il était immigré le premier au village Miruše. Les Jaramaz possédaient le domaine en commun au village Volujak et ils possédaient certains domaines au village Obljaj.[7]

 

Les Šupić au village Počekovići (en Oputna Rudina) fêtent St. Ignace. Voici la tradition de l’origine de leur nom de famille: » Un homme tua un Turc et on l’emprisonna. Sa vieille mère venait le voir. Un des Turcs dit – Où cette vieille clopine-t-elle ? Dès lors, on les appelle Šupić.[8]

Ils connaissent leur origine des Maleševac du village Maline. Ils trouvent que leur nom de famille d’autrefois était Bukovičan, d’après le nom du village Buković* où leur ancêtre se cachait dans un hêtre, en fuyant des Turcs. Par cette tradition peut-être, explique-t-on la raison du séjour temporaire des ancêtres de cette famille sur le territoire de la communauté d’autrefois des Bukvić. Ils connaissent aussi leur parenté avec les Aleksić et les Jaramaz avec lesquels ils ne se mariaient pas.[9]

Luka avait émigré le premier des Šupić du village Obljaj et venait au village Podvrš vers 1790. Le père de Luka, Krstivoje vivait à Obljaj(dans le territoire qui s’appelait autrefois Pojnice et Banjska actuellement). Tous les Šupić sont leurs descendants. Il y en avait immigré dans les régions suivantes: Izgor, Borač, Posavina et Métochie.[10]

Une branche de cette famille en Oputna Rudina s’appelait Perišić, d’après leur ancêtre Periša Šupić, le fils de Luka ledit. Jefto, le fils de Risto était le premier qui commençait à utiliser le nouveau nom de famille. Les fils de Periša étaient: Marko, Rade, Piljo. Eux-mêmes formaient des branches. Il y a des branches immigrées à Belgrade, Bela Crkva, en Bačka et au Kosovo. Voici les générations d’une branche des Šupić – Perišić, à partir des cadettes jusqu’aux plus âgées: Vukašin – Vaso – Andrija – Rade – Periša – Luka -Krstivoje.[11]

 

Les Lalićević sont une branche des Šupić en Oputna Rudina. Donc, leur ancêtre Ilija Šupić avait immigré au village Počekovići en Oputna Rudina. Il avait le fils Lazar qu’on appelait Lalić (le diminutif de Lazar). D’après ce surnom, on avait créé le nom de famille Lalićević. Les Lalićević, comme leurs parents fêtent St. Ignace. Les fils de Lalić étaient Petar et Mato. Lalić était né à Počekovići en 1842. Il avait appris à lire et à écrire au monastère Dobrićevo. Il participait à la révolte de Vukailović de 1857 à 1862. Il se distinguait à la révolte de Nevesinje et devenait le commandant de la compagnie de Bukvić, comptant 100 soldats, du bataillon d’Oputna Rudina. Il était très doué et il écrivait les mémoires de 174 pages. Petar écrivait dans ses mémoires de sa fraternité, qu’il était la branche de l’ancienne famille des Maleševac, déjà mentionnée dans les monuments de Dubrovnik du XIVe siècle. Andrija Luburić notait cela au début du XXe siècle. On n’avait pas conservé ces mémoires intégrales jusqu’à nos jours, sauf une petite partie. Il était mort en 1918. à Počekovići. Il avait les fils: Rade, Simo et Stevan. Stevan partait pour l’Amérique et on ne savait pas s’il y avait de descendance. Mato, le fils de Lalić avait les fils: Tomo, Maksim, Luka, Mitar, Jovan et Krsto. La famille Lalićević se branchait très vite. Leurs ancêtres avaient accepté ce nom de famille vers 1882. à la place de l’ancien nom Šupić. Voici les générations d’une branche des Lalićević à partir des plus âgées jusqu’aux cadettes: Ilija Šupić – Lazar(Lalić) – Petar – Rade –Lazar – Petar – Igor.[12]

 

Les Banović en Oputna Rudina sont une branche de la famille Šupić. Ils avaient accepté ce nouveau nom de famille vers 1895. Les Banović fêtent aussi St. Ignace. Les frères Janko, Marko et Spasoje Šupić étaient leurs ancêtres. Toute la famille Banović en Oputna Rudina était originaire de leurs fils. Voici l’exemple des générations d’une branche de cette famille, à partir des plus âgées jusqu’aux cadettes: Janko Šupić – Đoko – Luka – Milan -Rajko.[13]

 

 

 

LA RÉGION DE GOLIJA

 

Les deux familles, les Aleksić et les Šupić vivent dans la région Golija, au pied de la montagne du même nom, à l’extrême ouest de Monténégro actuel (c’était l’Herzégovine autrefois) et ils fêtent St. Ignace, « la fête de tous les Maleševac ».[14]

 

Les Aleksić dans la région Golija sont d’origine d’Oputna Rudina, près de la frontière entre Herzégovine et Monténégro, du côté de Monténégro (à l’est de la ville Bileća). Ils ont la parenté avec les Aleksić autochtones qui fêtent aussi St. Ignace. La branche de cette famille qui vit dans la région Golija, connaît ses origines de l’ancienne famille Maleševac. Ils trouvent qu’ils sont les descendants du duc Maleš. Les Aleksić de Golija ont la tradition de parenté avec les Kovačević et les Mandić dans la ville Gacko.[15]

Il y avait plusieurs membres éminents de cette famille, par ex. les frères Petko et Stojan Kovačević, Petar et Filip Mandić, Vuk Aleksić et autres. Il y avait un récit sur ce dernier ledit. Le roi Nikola Petrović avait interrogé un habitant de Golija s’il connaissait Vuk Aleksić. Quand il avait dit qu’il ne le connaissait pas, le roi lui disait: » Alors, tu ne sais pas ce que c’est qu’un vrai loup *. » Vuk Aleksić avait mis sa signature de duc sur un document écrit par des chefs d’Herzégovine et adressé aux consuls européens. Bien qu’il n’ait pas eu ce titre officiel, cet événement nous montrait que Vuk était très important et estimable.[16]

Les Aleksić sont les immigrés récents dans Golija. Donc, à la moitié du XIXe siècle, un membre de cette famille d’Oputna Rudina, Nikola immigrait à Nevesinje. Les Kankaraš de Golija venaient chez lui, pour passer la nuit, chaque année quand ils achetaient du vin dans la région Dubrava. Vukić Kankaraš, un d’eux, avait promis à Nikola de lui donner sa sœur pour l’épouser. L’année prochaine il l’avait vraiment emmenée et ils s’étaient mariés. Kankaraš ne venait pas à Nevesinje pendant deux ans, quand il venait la troisième année, il avait appris que sa sœur et son gendre décédaient et qu’ils avaient laissé leur petit fils Ivan. Un Turc, nomme Roždo, pour faire une œuvre pieuse, avait pris le petit Ivan et l’élevait. Ce Kankaraš avait emmené le petit Ivan Aleksić dans Golija. Là-bas, il l’avait élevé et marié. Tous les Aleksić dans Golija sont les descendants de cet Ivan. Il avait le fils Šćepan. Šćepan avait les fils Novica, Spasoje et Mileta. Voici l’exemple des générations, à partir des plus âgées jusqu’aux cadettes: Nikola – Ivan – Šćepan – Spasoje – Radosav – Radovan.[17]

 

Les Šupić sont les immigrés récents dans Golija. Panto Šupić avait émigré de Počekovići en Oputna Rudina au moment où il s’était marié pour la deuxième fois avec la fille de Jovo Grozdanić. Aucune femme ne lui avait accouché de fils. Les Šupić sont une famille distinguée en Oputna Rudina et ils connaissent leurs origines des Maleševac, c’est-à-dire « du duc Maleš, du province Dukađin du nord d’Albanie. » En Oputna Rudina actuellement il n’y a que deux maisons des Šupić, tandis que les autres ont le nom de famille Perišić.[18]

ALEKSANDAR BAČKO

MILORAD ĆUSTIĆ

 

Traductrice

Tanja Mojsilovic (Miljkovic, nom de naissance)

professeur de français

 

 

 

[1] Kosto Radov Perućica, Oputna Rudina, Belgrade 1989. (dans le texte suivant: Perućica), 103-104.

[2] Novak Mandić Studo, Srpske porodice Vojvodstva svetog Save, Gacko 2000, 433; Perućica, 104.

[3] Perućica,104-105.

[4] Perućica, 105-106.

[5] Abdulah Škaljic, Turcizmi u srpskohrvatskom jeziku, Ve édition, Sarajevo 1985, 362 ; Perućica, 109.

[6] Perućica, 109.

[7] Perućica, 109.

[8] Perućica, 113.

*un hetre signifie bukva en serbe (la note de traductrice)

[9] Perućica, 113.

[10] Perućica, 113.

[11] Perućica, 114.

[12] Perućica, 115-116.

[13] Perućica, 116.

[14] Obrad Višnjić, Golija i Golijani, Trebinje 1987. (dans le texte suivant: Višnjić), 195, 197.

[15] Višnjić, 196.

* le prénom Vuk signifie le loup en serbe (la note de traductrice)

[16] Višnjić, 196.

[17] Višnjić, 196-197.

[18] Višnjić, 374.

LES FAMILLES QUI ONT LA TRADITION CONSERVÉE QUI TÉMOIGNE DE L’APPARTENANCE AUX MALEŠEVAC (MONTÉNÉGRO)

LES FAMILLES QUI ONT LA TRADITION CONSERVÉE QUI TÉMOIGNE DE L’APPARTENANCE AUX MALEŠEVAC (BOSNIE)

A la fin du XIXe siècle, on avait noté un plus grand nombre de familles qui fêtaient St. Ignace dans l’archidiocèse dabrobosniaque. Cette archidiocèse référait à la Bosnie actuelle, toute entière, sans Herzégovine et sans le diocèse des villes Tuzla et Zvornik, c’est-à-dire l’extrême sud-est de Bosnie.[1]

 

Cette fête occupait alors l’onzième place, par la fréquence, c’est-à-dire elle était rare. 331 familles fêtaient dans 20 presbytères, c’est-à-dire dans 104 paroisses. Il n’y avait que certaines familles parmi celles qui fêtaient St. Ignace en Bosnie qui avaient la tradition conservée jusqu’aux nos jours, d’après laquelle elles représentaient des branches des Maleševac, bien qu’elles soient presque toutes d’origine des Maleševac. Il y avait un plus grand nombre de familles en Bosnie qui avaient retenu leur origine d’Herzégovine.[2]

 

 

 

LA RÉGION DE GLASINAC

 

Les Vitomir au village Sokolac fêtent St. Ignace. En 1930/33. il y avait 2 maisons là-bas. Dans les années quatre-vingt-dix du XIXe siècle, leurs ancêtres avaient émigré de la région Kraljevo polje du district Vlasenica. Ils avaient des origines antérieures des Aleksić du district Nikšićke Rudine (Herzégovine de Monténégro). L’arrière-grand-père de la génération qui était en âge mur vers 1930. était né là-bas, et il avait immigré d’abord au village Sjetlina, près de la ville Prača et ensuite dans la région Kraljevo polje. Ils ont la parenté paternelle aux villages Đedovci, Sajice, Džimrije, Sokolovići etc.[3]

 

En 1930/33. il y avait 4 maisons des Vitomir au village Đedovci dans la région de Glasinac qui avaient la parenté par nom de famille, au village Sokolac. Ils sont la plus ancienne famille au village.[4]

 

Les Mirjanić, au village Vidrići dans la région de Glasinac, fêtent St. Ignace. En 1930/33. il y avait une maison au village. Ils sont d’origine « les Šivčić « (c’est-à-dire Šipčić) de la région de Piva, et ils ont pris le nom de famille contemporain d’après leur aïeule, nommée Mirjana. Ils ont la parenté dans la région au pied de la montagne Romanija, au village Papraća et près de la ville Rogatica. On estime qu’ils ont « peut-être la parenté avec les Vitomir qui vivent aussi dans la région de Glasinac.[5]

 

Les Dubovina au village Bjelosavljević de Glasinac fêtent St. Ignace. En 1930/1933. il n’y avait qu’une maison. Ils avaient auparavant le nom de famille Stanković et ils sont d’origine du village Tauljić, près du village Jabuka (la région de Foča). Ils avaient émigré de là, vers 1900. Ils ont la parenté avec la famille Vitomir de Glasinac.[6]

 

Les Novosel ou les Šupić à Kula fêtent St. Ignace. Entre deux Guerres mondiales, ils vivaient dans « deux maisons sous une faîte ». Ils sont d’origine de la ville Gacko et ils immigraient ici à travers la région Malo Polje. Dans les années quatre-vingts du XIXe siècle, on trouve cette famille sous le nom de famille Šupić, dans le recensement des familles orthodoxes en Bosnie. Sans doute, les Novosel – Šupić représentent la branche des Šupić d’Herzégovine, de la famille Maleševac.[7]

 

 

 

LES RÉGIONS VOGOŠĆA ET BIOČA

 

Les Bogdanović au village Jošanica (la région Donja Vogošća) fêtent St. Ignace. Il y avait une maison entre deux Guerres mondiales. Leur ancêtre avait émigré du village Vlaškov de la région Visočka nahija. Ils avaient des origines antérieures dans la région Oputna Rudina en Herzégovine de Monténégro. Étant donné que la région Oputna Rudina représente un des plus anciens sièges des Maleševac et que de nombreuses familles des Maleševac y vivent même aujourd’hui, on peut compter les Bogdanović parmi les familles qui ont ses traditions mieux conservées, bien qu’ils n’aient pas retenu leur ancien nom de famille.[8]

 

 

 

LA RÉGION VISOČKA NAHIJA

 

Les Bogdanović au village Misoča (dans la région Visočka Nahija) fêtent St. Ignace Porte-Dieu. Le surnom de leur famille est Era. Cette famille n’avait qu’une maison à Misoča, entre les deux Guerres mondiales. Ils avaient émigré de la région de ville Nevesinje en Herzégovine. Ils sont d’origine de la région Oputna Rudina. Dans les années quatre-vingts du XIXe siècle, il n’y avait pas de famille Bogdanović mais il y avait la famille Era qui fêtait St. Ignace dans la paroisse Ilijaš, où se trouvait autrefois le village Misoča. Alors, l’ancien nom de famille des Bogdanović était Era. Ils ont probablement la parenté proche avec les Bogdanović du village Jošanica (dans la région Donja Vogošća). Ils ont la même tradition que les Bogdanović de la région Vogošća, déjà expliquée.[9]

 

 

 

L’ENVIRONNEMENT DE SARAJEVO

 

Les familles Era vivant dans la paroisse Pazarić, près de la ville Sarajevo, fêtent St. Ignace. Ils ont probablement la parenté plus proche avec les Bogdanović – Era, au village Misoča, dans la région Visočka Nahija (voir) que l’on mentionne aussi comme les Era en 1884/86. Le nom de cette famille témoigne qu’ils sont originaires d’Herzégovine. Les familles Era en Bosnie qui fêtent autres patrons (St. Archange-Michel, St. Démétrios, St. Georges, St. Elie, St. Joachim et Anne, St. Jean, St. Nicolas, St. Sava) n’ont pas de parenté avec eux. Ils portent le même nom de famille, parce que leurs ancêtres ont émigré de la même région. (d’Herzégovine).[10]

 

 

 

LA RÉGION DE ZMIJANJE

 

Les Kočić vivant aux villages Gornje Ratkovo et Stričići dans la région Zmijanje fêtent St. Ignace. Au village Gornje Ratkovo il y avait 9 maisons, à Stričići il y avait 15, dont 4 fêtent St. Georges. Ils sont d’origine des Dulić par la parenté paternelle et des Kočić par la parenté maternelle. (voir le chapitre référant les descendants des Maleševac par la parenté maternelle). Petar Kočić, notre écrivain éminent, né au village Stričići est d’origine de la famille Kočić qui fête St. Ignace. (les données plus détaillées se trouvent dans le chapitre séparé). Petar Kočić avait écrit que les Kočić vivaient d’abord en bas de la région Gradina, au village Pavići dans la région Zmijanje. D’après la tradition qu’il avait citée, une veuve vivait là-bas avec un grand nombre d’enfants (sept ou huit) qui formaient la famille toute entière. Plus tard, ils s’étaient divisés, une branche restait là-bas, la seconde immigrait au village Ponor, au-dessus du village Uvor, et la troisième branche immigrait au village Presedo. Lorsqu’une fois un petit Gitan s’était noyé dans le domaine des Kočić à Ponor, ils devaient payer le tribut de 400 cvancik*. Un Turc payait ce tribut au lieu d’eux, c’est ainsi qu’il avait acquis ce domaine. Alors, les Kočić émigraient de Ponor à Stričići et à Kočić (à Glavica des Kočić). Au début du XXe siècle, il y avait 30 maisons des Kočić au village Ratkovo, 10 maisons à Stričići et 4 maisons à Pavić. Petar avait expliqué l’étymologie du nom de famille Kočić, qui restait sans fondement. Donc, il disait qu’on nommait cette aïeule Cocotte et d’après son surnom on a formé le nom de famille. Cette supposition est sans fondement étymologique. Les Kočić qui fêtaient St. Ignace immigraient depuis longtemps dans la région de Zmijanje, où on les avait mentionnés déjà en 1541. et où ils habitent actuellement. Ils sont une des plus anciennes familles au village Gornje Ratkovo, dans la région Zmijanje. Les Kočić sont une branche des Maleševac qui se détachait précocement et émigrait d’Herzégovine en Bosanska Krajina. Leurs ancêtres immigraient probablement d’abord au village Maleševci, près de la ville Bosansko Grahovo. Ils auraient pu se répandre dans les autres régions voisines, portant les noms de familles différents. Il est probable que les Kočić que l’on mentionnait en Dalmatie en 1436. à l’estuaire de la rivière Cetina, non loin de la ville Bosansko Grahovo, aient été les membres d’une de ses familles des Maleševac. C’est le même cas des Kočić que l’on mentionnait en 1411. au siège de cette famille en Herzégovine. Cette année-là, on mentionnait Pribislav Kočić (Coçich) de la ville Gacko, dans un document.[11]

 

On peut trouver les Kočić émigrés de Zmijanje dans plusieurs villages en Bosnie. A la fin du XIXe siècle, on les avait noté dans les paroisses suivantes: Banja Luka, Gomionica voisin, Lusici, Mašići – Romanovci, Turjak près de Bosanska Gradiška, Bozici près de Bosanska Dubica, ainsi que Rakeljić près de Prijedor.[12]

 

 

 

LA MONTAGNE KOZARA

 

Les Kočić vivant aux certains villages au pied de la montagne Kozara représentent une branche de nombreuse famille des Kočić de Zmijanje. Ils fêtent aussi St. Ignace. C’est connu de tous que cette famille représente une branche des Maleševac d’Herzégovine.[13]

ALEKSANDAR BAČKO

MILORAD ĆUSTIĆ

 

Traductrice

Tanja Mojsilovic (Miljkovic, nom de naissance)

professeur de français

 

 

 

[1] Đorđe Janjatović, Prezimena Srba u Bosni, Sombor 1993. (dans le texte suivant: Janjatović), 11, 14.

[2] Janjatović, 11, 14.

[3] Milenko S. Filipović, Glasinac, S,A.N. Srpski etnografski zbornik 60, Naselja i poreklo stanovništva 32, Beograd 1950. ( dans le texte suivant: Filipović, Glasinac), 379.

[4] Filipović, Glasinac, 413.

[5] Filipović, Glasinac, 395.

[6] Filipović, Glasinac, 420.

[7] Janjatović, 402; Filipović, Glasinac, 412.

[8] Milenko S. Filipović, Vogošća i Bioča, S. K. A. Srpski etnografski zbornik 46, Naselja i poreklo stanovništva 26, Beograd 1930, 671-672.

[9] Milenko S. Filipović, Visočka Nahija, S. K. A, Srpski etnografski zbornik 43, Naselja i poreklo stanovništva 25, Beograd 1928, 351-352 ; Šematizam Pravoslavne mitropolije i arhidijaceze dabro-bosanske za godinu 1883. Sarajevo 1883, 27; Janjatović, 47, 132.

[10] Janjatović, 132.

* la monnaie d’argent du XIXe siècle

[11] Miroslav Niškanović, Zmijanje, Glasnik Zemaljskog muzeja, Etnologija, sv. 33. Sarajevo 1978, 15; Milan Vasić, Etnička kretanja u Bosanskoj Krajini u 16. Vijeku, Godišnjak Društva istoričara Bosne i Hercegovine, 13, 1962, édition spécial, Sarajevo 1963. 241, 246; Vladislav Skarić, Porijeklo pravoslavnoga naroda u sjeverozapadnoj Bosni, Glasnik Zemaljskog muzeja u Sarajevu 30, Sarajevo 1918, 243, 256; Milićević, 57; Jevto Dedijer, Hercegovina,les études anthropogéographiques, Veselin Masleša, la bibliothèque «Kulturno nasljeđe», Sarajevo 1991, 82; Milan Karanović, O starini Kočićeve porodice, Razvitak, god. III, Banja Luka 1936, 335-338; Mladen Aničić, Gospodarski aspekti stočarstva Cetinskog komitata u XIV stoljeću, Acta historico-oeconomica Iugoslaviae, vol. 14 (1), Zagreb 1987. 81; Novak Mandić Studo, Srpske porodice Vojvodstva svetog Save, Gacko 2000, 321, 549.

[12] Janjatović, 192.

[13] Ljubo Mihić, Kozara, priroda, čovjek, istorija, Novi Sad 1987, 308; Janjatović, 192.

LES FAMILLES QUI ONT LA TRADITION CONSERVÉE QUI TÉMOIGNE DE L’APPARTENANCE AUX MALEŠEVAC (BOSNIE)

LES FAMILLES QUI ONT LA TRADITION CONSERVÉE QUI TÉMOIGNE DE L’APPARTENANCE AUX MALEŠEVAC (HERZÉGOVINE)

LE DISTRICT BILEĆKE RUDINE

 

Les Aleksić, au village Bogdašići près de la ville Bileća, fêtent St. Ignace. Ils connaissent leur origine du village Malina près de Bileća et ils représentent une branche de l’ancienne famille des Maleševac. Ils ont immigré au village Bogdašići du village Površ à cause du meurtre de Luketa Pešikan. Ils ont la parenté au village Koleško près de la ville Nevesinje et aux autres villages d’Herzégovine. On a déjà écrit dans le chapitre de la tradition des Maleševac de leur tradition qui parle des origines antérieures des Maleševac et de leur émigration du village Malina.[1]

 

Les Dedijer au village Čepelica appartiennent aux Maleševac et ils ont la parenté la plus proche avec la famille Aleksić. Les Dedijer, comme les autres branches des Maleševac, fêtent St. Ignace. On estime que leurs ancêtres ont immigré au village Čepelica au début du XIXe siècle. Ils avaient auparavant le nom de famille Aleksić. Un membre de la famille était parti travailler en Bosnie comme un gagne-pain. Là-bas, ils avait assimilé l’expression « hé-la, vas-y », au lieu de dire « vas-y ». Quand il s’était rentré en Herzégovine, il avait continué à utiliser les expressions « hé-la, vas-y faire ceci » et « hé-la, vas-y faire cela ». Comme les habitants d’Herzégovine trouvaient cette expression bizarre, ils se moquaient de lui et lui donnaient le surnom Dedijer. Le surnom est passé plus tard sur son descendance et devenait le nom de famille de cette branche des Aleksić. Les Dedijer sont présents au village Dračevo près de la ville Čapljina, c’est-à-dire près de la ville Stolac(voir). Jevto Dedijer, le célèbre anthropologue – géographe était d’origine des Dedijer (Čepelica 1879 – Sarajevo 1918), et l’auteur d’une monographie fameuse parlant d’Herzégovine, dont on a écrit plus détaillé dans un chapitre séparé.[2]

 

Les Krnjević ou Krnji, au village Fatnica près de la ville Bileća, fêtaient auparavant St. Ignace, tandis qu’au présent ils fêtent St. Archange Michel. Ils sont d’origine de la famille Aleksić du district Oputna Rudina, la branche des Maleševac. On ne connaît pas la cause du changement de la fête religieuse de cette famille.[3]

 

La famille Skender, au village Ukšići (Ušići) au district Ljubomir, fêtait St. Ignace. D’après les données recueillis envers 1900. il y en avait là-bas deux maisons. Après 1945. ils émigraient complètement du village Ukšić. Leurs ancêtres émigraient du district Oputna Rudina, où ils se nommaient Aleksić. On connaît leur origine antérieure du village Malina, le siège des Maleševac.[4]

 

 

LA RÉGION NEVESINJSKO POLJE

 

Les Aleksić, au village Koleško près de la ville Nevesinje, fêtent aussi l’ancienne fête des Maleševac et ils ont la tradition enracinée de leur origine de cette ancienne famille. Ils immigraient au village Koleško de la ville Bileća, précisément dit, du district Oputna Rudina, à la moitié du XIXe siècle. Ils ont pris le nom de famille contemporain de leur ancêtre nommé Aleksa. Ils connaissent leur parenté avec d’autres familles Aleksić d’Herzégovine qui fêtent St. Ignace, comme par exemple ceux au village Bogdašić près de la ville Bileća ou ceux de la région Gatačko polje (voir).[5]

 

 

LA RÉGION GATAČKO POLJE

 

Les Šupić au village Višnjevo (dans la région Gatačko polje) représentent la branche des Maleševac, mais ils fêtent St. Nicolas. Ce changement de la fête a été causé par l’arrivée d’un ancêtre des Šupić au village Višnjevo « chez son gendre, habitant de Višnjevo » et qui a pris la fête de lui, parce que les habitants de Višnjevo fêtent St. Nicolas depuis toujours. Les Šupić ont immigré à Višnjevo vers 1870. du village Trnovica (la région Borač). Les Šupić vivent aussi au village Izgori près de la ville Gacko.[6]

 

Les Mandić, au village Dulić près de la ville Gacko, ont aussi la tradition conservée de leur origine des Maleševac. On estime que leurs ancêtres ont immigré au village au cours du XVIIe siècle. Les Mandić ont pris leur nom de famille contemporain d’après leur aïeule, restée veuve, nommée Manda. Un texte dans un ancien livre de 1704. réfère à ces Mandić. On cite dans ce texte que Jovan Daković avait acheté ce livre, déjà mentionné, de Sofronije Dobrićevac, hiéromoine (du monastère Dobrićevo) qui est d’origine des Mandić de la ville Gacko. On a publié encore plusieurs textes de XVIIIe siècle, relatifs aux Mandić du village Dulić. Ainsi, on cite dans un texte de 1762. la naissance de Vidak, le fils de Kuzman Mandić du village Dulić. Ensuite, le texte de 1782. qui témoigne du mariage de Sima, la fille de Kuzman Mandić du village Dulić. En 1784. Anto, le fils aîné du prince Joko Mandić du village Dulić a décédé et le fils cadet Bogdan a été mort dans la région Glunčev Osoj « en gardant les chèvres ». On apprend d’un texte, écrit aussi sans doute au XVIIIe siècle, que Kuzman Mandić (c’est probablement celui déjà mentionné) était le frère de Joko et qu’il avait le fils Vidak. Au village Dulić, le cimetière des Mandić se trouve sur la colline, dans le hameau qui porte leur nom Mandić, et « là-bas on enterre uniquement les membres de cette famille de la région Gatačko polje », d’où vient le nom du cimetière. Une stèle en forme d’une haute caisse et un ancien tombeau se trouvent dans ce cimetière. Il y a une inscription sur cette pierre tombale qui marque la tombe de Joko Mandić, déjà mentionné, enterré en 1749. Les ancêtres de cette famille vivaient un certain temps au village Miruša, ou se trouve même aujourd’hui la toponymie de Gomila des Mandić. Les Mandić ont récemment émigré du village Dulić dans les régions diverses: à Belgrade, à Gacko, à Mostar, à Nikšić, à Bihać, à Kosovska Mitrovica et dans les autres villes. Un plus grand nombre des Mandić a émigré du Gatačko polje en Amérique. En Herzégovine il y a des Mandić qui fêtent autres fêtes religieuses de famille qui n’ont aucune parenté avec cette famille.[7]

 

Parmi les plus anciens ancêtres connus des Mandić du village Dulić on peut compter Andrija Mandin (Mandić) Maleševac, né à la moitié du XVIIe siècle, son frère Vidak, Joko le fils d’Andrija déjà mentionné (il est pareil au prince Joko Mandić déjà mentionné), Sofronije le fils d’Andrija (le moine du monastère Dobrićevo), Kuzman le fils d’Andrija Mandić, Jovan le fils de Vidak et Lazar le fils de Vidak Mandić. Toutes les branches de cette famille au village Dulić sont originaires de ces ancêtres, ainsi que certaines branches émigrées. Les Mandić vivent aux régions suivantes du village Dulić: Glavica-Lipa (les familles Lekić), Jasenje (les Krstović), Živa Kamenica (les Vujadinović), Lastva (les Simović), Potkrš (les Đorđijević), Rajin Pod (les Mitrović) et Krš (les Mirović). Les noms de famille entre parenthèses ont été formé d’après les surnoms familiaux de certaines branches des Mandić qui vivent dans ces régions du village. Il y a des moindres branches de cette famille au village Dulić.[8]

 

Les Kovačević au village Dobrelja fêtent St. Ignace. Leurs ancêtres ont été immigré là-bas du village Srđevići, à la fin du XVIIIe siècle ou au début du XIXe siècle. Un agha les a fait peupler. En Herzégovine il y a un plus grand nombre de familles qui ont le nom de famille Kovačević. Très souvent ils ont les fêtes religieuses de familles différentes et n’ont pas la même parenté.[9]

 

Les Kovačević au village Srđevići sont d’origine de la région Knež Do, de la famille Maleševac. Eux-mêmes fêtent St. Ignace. Ils ont été immigré au village Srđevići à la deuxième moitié du XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle à cause d’un conflit avec les Turques. On a trouvé une tradition notée chez eux, que le fondateur des Maleševac, « le duc Mališa » avait participé à la bataille de Kosovo. Leurs membres de famille ont immigré au village Biba, au sud du Kosovo (voir).[10]

 

 

LA RÉGION DABARSKO POLJE

 

Les Dedijer au village Kljenci dans la région Dabarsko polje fêtent St. Ignace. Ils sont d’origine du village Čepelica au district Rudine. Leur ancêtre Tripko est venu de cette région-là vers 1816. Tripko avait les fils Luka et Vukan. Vukan a immigré à Konjic. Son descendance vit aujourd’hui au village Borač près de la ville Konjic. Il y a une maison de cette famille au village Kljenci qui représente la descendance de Luka Dedijer, déjà mentionné.[11]

 

 

TREBINJE ET SON ENVIRONNEMENT

 

Les Aleksić qui vivent dans la ville Trebinje fêtent aussi St. Ignace et représentent la branche de cette nombreuse famille des Maleševac. (voir les autres familles Aleksić en Herzégovine)[12]

 

Les Janković au village Dubočani près de la ville Trebinje fêtent St. Ignace. Ils connaissent leur origine du village Malina et leur parenté avec les autres Maleševac. Ils ont immigré au village Dubočani directement du village Miruša sur la rive gauche de la rivière Trebišnjica. Leurs ancêtres vivaient un certain temps au village Vrbno. On les compte parmi les plus anciennes familles dans la région de Trebinje. D’après le recensement paroissial de 1900., 7 maisons de la famille Janković avec 47 membres de famille vivaient au village Dubočani. Dès leur immigration dans ce village, les Janković passaient pour une famille très distinguée. On estime qu’ils sont par le caractère « calmes, assidus et travailleurs ». Ils ont des branches immigrés à Trebinje et autres villes.[13]

 

 

LA RÉGION DE LA VILLE MOSTAR

 

Les Aleksić à Mostar représentent aussi une branche de la famille nombreuse des Aleksić d’Herzégovine qui fêtent St. Ignace. Eux aussi, comme les autres familles qui fêtent St. Ignace en Herzégovine, représentent une branche des Maleševac.[14]

 

Les Dudić ou les Duda à Mostar ont, à ce qu’il paraît, la parenté avec les Maleševac d’Herzégovine. Au début du XXe siècle Trifko Dudić était connu à Mostar, libraire et éditeur qui publia à son frais le recueil des poèmes d’Aleksa Šantić, « Aux vieux foyers ». On ne peut pas assurément dire si cette famille avait la parenté avec les Dudić que l’on mentionne dans la première moitié du XIVe siècle dans la région Popovo polje.[15]

 

Les Srna à Mostar représentent aussi une des branches des Maleševac. Parmi les habitants de Mostar, abonnés aux livres différents publiés jusqu’à 1850. était Jovan Srna.[16]

 

Les Kalem aux villages Potoci, Hum et Lišani, près de Mostar fêtent St. Ignace. Ils connaissent leur appartenance à la famille des Maleševac, c’est-à-dire ils connaissent leur parenté avec les familles suivantes: les Pantić au village Pregrađani, les Simić au village Jasenjani et les Bogdanović dans la ville Nevesinje. Leurs ancêtres vivaient au village Riđani, d’où ils immigraient au village Borci. Ils émigraient du village Borci au village Jasenje, où ils vivaient pendant un certain temps et ils rentraient au village Borci. Enfin, ils immigraient aux villages Potoci, Hum et Lišani. Ils sont présents au village Bijela, près de la ville Konjic (voir).[17]

 

Les Pantić aux villages Dračevica et Bišće (dans la région Mostarsko polje) sont d’origine du village Pregrađani dans la région Bijelo polje, près de Mostar. Étant donné que les Maleševac au nom de famille Kalem vivent au village Pregrađani, et qu’ils connaissent leur parenté avec les Pantić, il n’y a aucun doute qu’eux-mêmes appartiennent à la famille Maleševac. En Herzégovine il y a des familles Pantić qui ont les origines différentes.[18]

 

Les Sjeran au village Zijemlje fêtent St. Ignace. Ils sont d’origine les Kovačević du village Srđevići près de la ville Gacko. Leur ancêtre a immigré au domaine de Sjeran et a pris ce nom de famille.[19]

 

Les Bogdanović au village Zijemlje fêtent aussi St. Ignace. Ils sont d’origine des Mandić de la région Gatačko polje. Ils ont immigré à Zijemlje à travers le village Bijenja, à la fin du XIXe siècle.[20]

 

 

LA RÉGION DE LA VILLE KONJIC

 

Les Kalem au village Bijela fêtent St. Ignace. Ils ont émigré à la deuxième moitié du XIXe siècle du village Borci. Les Kalem qui ont la parenté vivent aux villages Potoci, Hum et Lišani, près de Mostar (voir). Les Kalem ont la tradition conservée de leur parenté avec les autres familles des Maleševac.[21]

 

Les Kovačević au village Presjedovac près du lac Boračko jezero fêtent St. Ignace. La famille Kovačević qui fête St. Archange Michel et qui n’a pas de parenté avec eux, vit au même village. Les Kovačević qui fêtent St. Ignace sont d’origine du village Srđevići de la famille du même nom. Entre la fin du XIXe et au début du XXe siècle il n’y en avait qu’une maison au village Presjedovac.[22]

 

 

LE VILLAGE STOLAC ET SON ENVIRONNEMENT

 

Les Dedijer au village Dračevo, pres de la ville Čapljina fêtent St. Ignace. Ils représentent la branche de la famille Dedijer du village Čepelica au district Bilećke Rudine (voir). Auparavant, ils se nommaient Aleksić et représentent la branche de la famille Maleševac. Leurs ancêtres ont immigré au village Dračevo à travers le village Stolac à la deuxième moitié du XIXe siècle. Il n’y en avait qu’une maison au village Dračevo entre le XIXe et XXe siècles.[23]

 

 

LA VILLE FOČA ET SON ENVIRONNEMENT

 

Les Jaramaz au village Miljevina, dans la région de la ville Foča fêtent St. Ignace. Ils ont émigré au début du XIXe siècle du village Miruša, du district Bilećke Rudine. Ils sont d’origine antérieure du district Oputna Rudina. Ils appartiennent à la famille des Maleševac, auparavant ils se nommaient les Aleksić. D’après la tradition, on a formé l’ancien nom de famille du prénom Aleksa, « le fils, le plus aîné du duc Maleš ». On a formé le nom de famille Jaramaz du surnom d’un de leurs ancêtres.[24]

ALEKSANDAR BAČKO

MILORAD ĆUSTIĆ

 

Traductrice

Tanja Mojsilovic (Miljkovic, nom de naissance)

professeur de français

 

 

 

 

[1] Risto Milićević, Hercegovacka prezimena, Belgrade 2005. (dans le texte suivant: Milićević), 203.

[2] Jevto Dedijer, Hercegovina,les études anthropogéographiques, Veselin Masleša, la bibliothèque «Kulturno nasljeđe», Sarajevo 1991.(dans le texte suivant: Dedijer, Hercegovina 1991), 5; Milićević, 304-305.

[3] Milićević, 438.

[4] Momčilo Đurić, Onomastika Ljubomira, S.A.N.U. Belgrade 1985, 248, 433; Novak Mandić Studo, Srpske porodice Vojvodstva svetog Save, Gacko 2000. (dans le texte suivant: Mandić, Srpske porodice), 377.

[5] Milićević, 203; Dedijer, Hercegovina 1909, 361.

[6] Milićević, 671.

[7] Milićević, 479; Mandić, Srpske porodice, 383; Novak Mandić Studo, Maleševski Mandići, Gacko 2001. (dans le texte suivant: Mandić, Maleševski…), 73-74, 88, 144, 470.

[8] Mandić, Malesevski…, 167-169, 171, 195, 222, 263, 289, 299, 327.

[9] Milićević, 430-431; Jevto Dedijer, Hercegovina, S.K.A. Srpski etnografski zbornik 12, Naselja srpskih zemalja 6, Belgrade 1909. (dans le texte suivant : Dedijer, Hercegovina 1909), 191.

[10] Dedijer, Hercegovina 1909, 194.

[11] Petar Šobajić, Dabarsko polje u Hercegovini, S.A.N. Srpski etnografski zbornik 67, Naselja i poreklo stanovništva 34, Beograd 1954, 20, 32.

[12] Milićević, 203.

[13] Milićević, 391; Neđeljko – Neđo Paovica, Zavođe, les recherches anthropogéographiques, S.A.N.U. Srpski etnografski zbornik 101, Naselja i poreklo stanovništva 47, Belgrade 2005, 43-44, 86; Mandić, Srpske porodice, 383.

[14] Milićević, 203.

[15] Milićević, 320.

[16] Vladimir Ćorović, Mostar i njegova srpska pravoslavna opština, Beograd 1933, 40; Milićević, 477.

[17] Milićević, 405; Dedijer, Hercegovina 1909, 257-258…

[18] Milićević, 550.

[19] Dedijer, Hercegovina 1909, 240.

[20] Dedijer, Hercegovina 1909, 240.

[21] Milićević, 405; Dedijer, Hercegovina 1909, 333.

[22] Dedijer, Hercegovina 1909, 353.

[23] Milićević, 304-305; Dedijer, Hercegovina 1909, 276.

[24] Milićević, 393.

LES FAMILLES QUI ONT LA TRADITION CONSERVÉE QUI TÉMOIGNE DE L’APPARTENANCE AUX MALEŠEVAC (HERZÉGOVINE)