Titles of Ugandan traditional rulers, royalty, chiefs, nobility and chivalry

Aleksandar Bačko has published his new book, “ Titles of Ugandan traditional rulers, royalty, chiefs, nobility and chivalry“.

This book is dedicated to His Majesty Rukirabasaija Agutamba Solomon Gafabusa Iguru I Omukama (King) of The Kingdom of Bunyoro-Kitara, Ruler of Hoima, Masindi, Kibaale, Buliisa, Kiryandongo, Kagadi and Kakumiro, etc. etc. etc.

Editor of this book is Reverend Father Deacon Hadži Nenad M. Jovanović.

“ Titles of Ugandan traditional rulers, royalty, chiefs, nobility and chivalry“ has 104 pages.

This book can be downloaded free (in PDF format), following this link:

titles-of-ugandan-traditional-rulers

 

titles-of-ugandan

 

 

 

Titles of Ugandan traditional rulers, royalty, chiefs, nobility and chivalry

FIFTH ANNIVERSARY OF THE ROYAL AND HASHEMITE ORDER OF THE PEARL

Dedicated to

His Majesty

Muedzul Lail Tan Kiram

Sultan of Sulu and North Borneo

Grand Sayyid of

The Royal and Hashemite Order of the Pearl etc.

 

His Majesty Muedzul-Lail Tan Kiram Sultan of Sulu and North Borneo

FIFTH ANNIVERSARY OF

THE ROYAL AND HASHEMITE ORDER OF THE PEARL

 

Five years ago, His Majesty Muedzul Lail Tan Kiram 35th Legitimate Sultan of Sulu and North Borneo decided, to use His sovereignty right of fons honorum, to create The Royal and Hashemite Order of the Pearl. This decision undoubtedly presented continuity of the ancient customs of the Royal Sultanate of Sulu.

 

During previous five years, The Royal and Hashemite Order of the Pearl (further: The Order) developed into significant international organization, based in Sulu. Members of Order’s six grades are citizens of various countries across the globe.

 

As any organization, during its past, The Order had some good, and some hard times. But, under wise leadership of its Grand Sayyid, all difficulties have been gradually overcome. Many tasks were done by The Order and for The Order, during previous five years.

 

Since its foundation, a significant number of Royalty, Nobility, Prelates and other distinguished persons became members of this Order.

 

Among distinguished members of The Order are: HRH Dom Duarte Pio Duke of Braganza Head of the Royal House of Portugal, HIRH Archduke Josef Karl von Habsburg, HRH Princess Margaret of Hohenberg, HRH Prince Vladimir Karageorgevich, HRH Princess Jelisaveta Karageorgevich, HRH Princess Brigitta Karageorgevich, HRH Princess Luciana Pallavicini Hassan, HM Omukama (King) Solomon Iguru I Babiito, HRH Prince Davit Bagrationi Mukhran Batonishvili Head of the Royal House of Georgia, HIH Prince Ermias Sahle Selassie, HRH Princess Mahera Hassan, HRH Prince Osman Rifat Ibrahim, HH Datu Cheong Ming Lam, HE Lech Wałęsa former Polish President and Nobel Prize Laureate, Hussin U. Amin Mayor of Jolo, Noble Dr. Pier Felice degli Uberti, Reverend Professor Noel Cox, Don Diego de Vargas-Machuca, Marquis of Vatolla, Marquis Don Maurizio Ferrante Gonzaga del Vodice di Vescovato, HE Datu Sadja Michael Y. Medvedev, Noble Stanislav Vladimirovich Dumin, Hon. Edsir Q. Tan Vice Mayor of Jolo, Colonel Romulo Quemado II, General Joriel Cenabre, as well as some others.

 

Sadly, some of our dear distinguished members passed away, during these five years. Among them was His Royal Highness Prince Alexander Pavlov Karageorgevich, Royal Companion of The Order, who passed away in 2016.

 

***

 

We hope, and we believe, that The Royal and Hashemite Order of the Pearl will be led successfully by its Grand Sayyid, His Majesty Muedzul Lail Tan Kiram Sultan of Sulu, and His descendants, for many years and centuries.

 

 

Aleksandar Bačko GCPS

Lord Registrar of

The Royal and Hashemite Order of the Pearl

 

FIFTH ANNIVERSARY OF THE ROYAL AND HASHEMITE ORDER OF THE PEARL

Обреновићи – књига

У електронској форми је објављена нова монографија „Обреновићи (Теодоровићи – Обреновићи) – изумрла српска династија“, чији су аутори Александар Бачко и часни отац ђакон Хаџи Ненад М. Јовановић.

Књига се бави настанком, развојем и нестанком династије Обреновић, даљим сродницима ове фамилије по мушкој и женској линији који не припадају племству, као и неутемељеним претензијама појединаца на име и титуле ове династије. Монографија је обима 108 страна.

Аутори су, вођени идејом легитимне монархије, ову књигу посветили Његовом Краљевском Височанству Принцу Престолонаследнику Александру II Карађорђевићу.

Уредник монографије „Обреновићи (Теодоровићи – Обреновићи) – изумрла српска династија“ је пречасни протонамесник отац Немања С. Мрђеновић, а аутор корица Катарина Бачко.

Монографију „Обреновићи (Теодоровићи – Обреновићи) – изумрла српска династија“ можете бесплатно преузети у PDF формату, путем следећег линка:

obrenovici-izumrla-dinastija

 

korice-konacna-verzija

Обреновићи – књига

Дрљаче на Банији – књига

Монографија „Дрљаче на Банији“, чији су аутори Александар Бачко и Живко Крчмаревић, публикована је у Београду 2016. године, као 8. књига у оквиру едиције „Зборник за српску етнографију и историју“.

 

Велики покровитељ књиге „Дрљаче на Банији“ је господин Живко Крчмаревић из овог банијског насеља, који данас живи и ради у Аустралији.

 

Уредник монографије „Дрљаче на Банији“ је Миодраг Рођенков, а аутор корица Катарина Бачко.

 

Књига је обима 555 страна и садржи податке о насељу Дрљаче на Банији, као и о пореклу тамошњих српских породица.

 

drljace-korice

Дрљаче на Банији – књига

ПЕТА ГОДИШЊИЦА ФЕЈСБУК ГРУПЕ „СРПСКО – ТОНГАНСКО ПРИЈАТЕЉСТВО“

 

Фејсбук група „Српско – Тонганско пријатељство“ основана је пре пет година, 14. октобра 2011. године.

 

https://www.facebook.com/groups/243414695708339/

 

serbian-tongan-friendship

ПЕТА ГОДИШЊИЦА ФЕЈСБУК ГРУПЕ „СРПСКО – ТОНГАНСКО ПРИЈАТЕЉСТВО“

LE VILLAGE MALINA ET LE HAMEAU ZUDOJEVIC PRÈS DE LA VILLE BILECA

Le village Malina est un ancien siège des Malesevac. Au présent dépeuplé, ce village se trouve entre les villes Bileca et Trebinje. Au début du XXe siècle, Malina appartenait à la commune Zarjecje. Les habitants du hameau voisin Zudojevic possedaient ses champs, c’est-à-dire “quelques plaines” sur le territoire de Malina. Le territoire où se trouvait le village Malina, appartient au présent au hameau Zudojevic. On estime que le nom de famille des Malesevac est lié étymologiquement au nom de Malina.[1]

 

Malina est une cuvette, fermée de trois côtés. Ce village est caché et convenable comme habitation. C’était “ un oasis naturel où la vie était possible, même pendant divers dangers inattendus”. La montagne Malinska gradina se trouve au-dessus du village Malina, à 720 mètres d’altitude. Le village Malina se trouve au sud-est de cette montagne. Malina est “une localité caractéristique, tant hydrologique que géomorphologique”.[2]

 

Le Ruisseau de Malina (Malinski Potok) se trouve à côté du village de même nom. Il sourd dans la cuvette Malina, au sud-ouest du hameau Zudojevic, à proximité de ce hameau. Il s’agit d’une source perpétuelle avec une grande quantité d’eau, surtout dans une période pluvieuse. L’eau potable de bon qualité sourd en cet endroit, dont la température est constamment à peu près 10°C. Le Ruisseau de Malina coule comme un torrent à travers les hameaux Zudojevic et Skrobotni. Ce ruisseau est court, mais en automne il a tellement de puissance qu’il met en marche les moulins. En été, il ne tarit pas. Les habitants des hameaux Zudojevic et Skrobotni ont capté l’eau de la source Malina jusqu’à leurs maisons. Ils l’ utilisent entre autre pour arroser leurs jardins.[3]

 

On a sauvé certains tombeaux à Malina, comme des fouilles du passé. Ils sont tous quadrangulaires, “dont la plupart horizontale…dont la plupart griffonnés; il y a des images représentants les humains et les animaux; on a gravé un croissant sur la plupart d’entre eux, certains ont un modelé régulier d’une arbalète. On n’a pas trouvé aucune inscription sur ces tombeaux“. Cette description se rapporte tant aux tombeaux à Malina qu’à ceux aux hameaux voisins Zudojevic, Mustijalje et Kljenak, semblables aux tombeaux à Malina. Il y a même 45 pareils tombeaux sur l’étendue d’environ 15 mètres au diamètre au hameau Zudojevic.[4]

 

Des fouilles de l’ancien village existent aussi à Malina. C’est exactement cet ancien village dépeuplé où vivaient autrefois les membres de la famille Malesevac. Ce village se trouve à proximité de la source déjà mentionnée du Ruisseau de Malina. On a gardé les vieilles bornes à Malina. Le nom de la colline Malinska Gradina, au-dessus de Malina témoigne de l’existence d’un bourg sur cet endroit. La région Gomila se trouve entre Malina et le col Preslo. On a localisé là-bas plusieurs fosses préhistoriques.[5]

 

On trouve les vestiges de l’ancienne église dans la région du hameau Zudojevic, consacrée à St.-Ignace Porte Dieu, laquelle a été édifiée par les ancêtres des Malesevac. On ne connaît pas précisément l’époque où cette église a été édifiée. On estime que les Turcs l’ont détruit, mais on ne connaît pas l’époque de sa destruction. Monsieur le professeur défunt Novak Mandic Studo, écrivait que les murs de l’église ont été sauvés ainsi que «le saint trône sur le petit pilier pierreux». Il y a des pierres ornées, faites des stèles médiévales, bouchées dans les murs aux coins de l’église». La tombe du prêtre Obrad Malesevac, portant l’épitaphe relativement en bon état, se trouve dans cette église. Cette ancienne épitaphe sans doute, ne porte pas de date.[6]

 

On mentionne le village Malina dans le recensement nominal de la population d’Herzégovine en 1475./77. On mentionne alors ce village ensemble avec le hameau Skrobotni («Skrobodna») comme une habitation hivernale de la communauté («dzemat») de Radan, le fils de Novak. Cette communauté comptait 25 maisons et 3 maisons appartenant aux hommes célibataires. L’habitation estivale des membres de cette communauté était dans le village Korocica. D’après la division administrative de cette époque-là, le village Malina appartenait au district Rudine. Le terme «dzemat» dans ce recensement désigne une communauté bergère, ou un chalet, composée souvent des familles de parenté proche. La traduction littérale de cet emprunt turc en serbe signifie «le groupe», «la société», c’est-à-dire «la communauté» ou «la commune». Chaque «dzemat» avait son chef («dzematbasa») qui portait presque toujours le titre de prince en Herzégovine. Parfois le chef de dzemat portait le titre de duc. Puisque Radan, le fils de Novak était le chef de dzemat qui comportait le village Malina et ne portait aucun titre particulier, ainsi on peut supposer qu’il se nommait le prince (dzematbasa).[7]

 

Les maîtres de maison dans ce dzemat étaient alors: Radan, le fils de Novak ( le chef de dzemat), Ivanis, le fils de Dobri, Herak, le fils d’Obrad, Radasin, le fils de Brajko, Dragoje, le fils de Brajko, Obrad, le fils de Radoje, Smoljan, le fils de Radoje, Dragisa, le fils de Radoje, Radun, le fils de Milic, Vukosav, le fils de Brajko, Vucihna, le fils de Brajko, Jelovac, le fils de Brajko, Radonja, le fils de Dimitar, Tomas, le fils de Viko, Vukac, le fils de Dobrasin, Vukic, le fils de Dobrika, Djurica, le fils d’Okrojica(?), Ninoje, le fils de Milsa, Radko, le fils de Ljubisa, Dejan, le fils de Hranislav, Obrad, le fils de Bogdan, Vukac, le fils d’ Ostoja, Stepan, le fils d’Ostoja, Milorad, le fils de Brajan et Glovadil(?), le fils de Plavsa. Les hommes célibataires étaient alors: Stanko, le fils de Dobrasin, Radosav, le fils de Radule et Radosav, le fils de Ljubisa. Certainement, tous les maîtres de maison déjà mentionnés, ou la grande majorité d’entre eux, étaient les membres de la famille Malesevac. On base cette appréciation sur le fait qu’il n’y a d’autres habitants connus de Malina sauf les membres de cette famille. En outre, on connaît que les Malesevac se sont très précocement répandus au hameau Skrobotno. D’après ce document, leur déménagement s’est déroulé avant les années soixante-dix du XVe siècle.[8]

ALEKSANDAR BAČKO

MILORAD ĆUSTIĆ

 

Traductrice

Tanja Mojsilovic (Miljkovic, nom de naissance)

professeur de français

 

 

 

[1] Jevto Dedijer, Bilećke Rudine, C.K.A. Srpski etnografski zbornik 5, Naselja srpskih zemalja 2, Belgrade 1903. (dans le texte suivant: Dedijer, Bilećke Rudine), 802 – 806; Jevto Dedijer, Hercegovina, les études anthropogéographiques, Veselin Masleša, la bibliothèque «Kulturno nasljeđe« , Sarajevo 1991, 72, 81; Momčilo Đurić, Onomastika Ljubomira, S.A.N.U. Belgrade 1985. (dans le texte suivant : Đuric), 209; Neđeljko – Neđo Paovica, Zavođe, les recherches anthropogéographiques, S.A.N.U. Srpski etnografski zbornik 101, Naselja i poreklo stanovništva 47, Belgrade 2005. (dans le texte suivant: Paovica, Zavođe), 100.

[2] Paovica, Zavodje, 14, 119.

[3] Dedijer, Bilecke Rudine, 803; Paovica, Zavodje, 14, 119.

[4] Dedijer, Bilecke Rudine, 805; Novak Mandić Studo, Malesevski Mandići, Gacko 2001. (dans le texte suivant: Mandić, Malesevski…), 65.

[5] Dedijer, Bilecke Rudine, 805; Đuric, 209; Paovica, Zavodje, 14, 129.

[6] Mandic, Malesevski…,65; d’après les recherches du professeur Novak-Studo Mandic et monsieur Darko Mandic.

[7] Ahmed S. Alicic, Poimenicni popis sandzaka vilajeta Hercegovina, Orijentalni institut u Sarajevu, Monumenta turcica, Historiam Slavorum Meridinalium ilustrantia, Tomus sextus, II serie, Defteri, livre 3, Sarajevo 1985. (dans le texte suivant: Alicic), VI, 113, 655; Abdulah Skaljic, Turcizmi u srpskohrvatskom jeziku, Ve édition, Sarajevo 1985, 236-237.

[8] Alicic, 113; Milićević Risto, Hercegovacka prezimena, Belgrade 2005, 477.

LE VILLAGE MALINA ET LE HAMEAU ZUDOJEVIC PRÈS DE LA VILLE BILECA